fbpx

Guide pratique: Financements des formations

Comment faire financer sa formation ?

Lorsqu’il s’agit de formation professionnelle, le prix a tendance à grimper rapidement et tout le monde n’a pas de budget prévu pour dépenser 1500€ dans un Bilan de Compétences par exemple.

De plus, il existe une multitude de financeurs des formations professionnelles en fonction de votre statut et d’autres critères.  Il est donc impératif de clarifier sa situation pour identifier les financements auxquels vous pouvez prétendre.

Compétences & Métiers a alors conçu un petit guide pratique pour vous orienter et vous aider à mieux comprendre les différents dispositifs pour faire financer vos actions de formations.

Le CPF : on ne le présente plus, le compte professionnel de formation (CPF), qui a remplacé le droit individuel à la formation (DIF) le 1er Janvier 2015, permet d’acquérir des droits à la formation utilisables tout au long de sa vie professionnelle. Depuis le 1er Janvier 2019, le CPF est crédité en euros et non plus en heures.

L’utilisation du CPF est très simple : il faut vous munir de votre numéro de sécurité sociale, se rendre sur https://www.moncompteformation.gouv.fr/espace-prive/html/#/ (attention aux faux sites) ou l’application mobile CPF. 

Une fois votre espace créé, vous aurez accès à votre CPF où sera indiqué le montant dont vous disposez pour financer votre formation (qui doit être éligible au CPF). Il est possible que vous n’ayez pas assez de fonds pour financer l’intégralité de la formation, il vous faudra donc régler un « reste à payer ».

A noter : vos heures acquises au titre du DIF peuvent encore être utilisées pour financer une formation. Vous devez cependant saisir le solde de ces heures avant le 31 décembre 2020 directement en ligne sur votre compte formation. Rendez-vous sur : https://www.moncompteformation.gouv.fr/espace-public/comment-saisir-et-utiliser-mes-heures-dif pour en savoir plus sur le transfert des DIF sur le CPF.

ON VOUS ACCOMPAGNE

Le FIF PL : fonds d’assurance formation agréé par Arrêté Ministériel du 17 mars 1993 faisant obligation à tout travailleur indépendant ou membre des professions libérales (à l’exception des médecins) de s’acquitter de la Contribution à la Formation Professionnelle (CFP). Ils doivent être inscrits à l’URSSAF en tant que travailleur indépendant, ne pas être inscrits au Répertoire des Métiers, et être enregistrés sous un code NAF dépendant du FIF PL. Depuis le du 1er janvier 2019, seules les formations dispensées par des organismes de formation référencés DATADOCK et dont le programme répond aux critères de la profession concernée, pourront être prises en charge par le FIF PL. 

Afin de savoir si vous êtes éligibles à la prise en charge par le FIF PL, les différents codes NAF rentrant dans le périmètre sont consultables sur : https://www.fifpl.fr/profession-liberale/criteres-de-prise-en-charge. Pour effectuer les demandes de prise en charge et pour se créer un espace adhérant, il faut aller sur : https://netopca.fifpl.fr/.

Si vous voulez devenir auto-entrepreneur et bénéficier de cette méthode de financement, demandez notre guide par email en cliquant sur le bouton ci-dessous.

DEVENIR AUTO-ENTREPRENEUR

Pôle Emploi : Selon le stage que vous suivez et en fonction de votre statut, une aide financière peut vous être accordée. Renseignez-vous auprès de votre conseiller Pôle emploi.

Dans le cadre du conseil en évolution professionnelle (CEP), votre conseiller vous aidera à identifier et mobiliser les financements disponibles pour votre projet. 

Le régime de rémunération dépend de la situation du demandeur au moment de l’entrée en formation ou le jour de son entrée en stage.

A noter : chaque Conseil régional peut mettre en place des dispositions particulières en matière de rémunération et/ou d’aides financières. De plus, les demandes de financement auprès de Pôle Emploi peuvent être traitées sous plusieurs semaines et ne sont pas toujours garanties.

L’employeur : 

Projet de Transition Professionnel (PTP) :

Depuis le 1er janvier 2019 le congé individuel à la formation (CIF) a été supprimé et remplacé par le projet de transition professionnelle qui permet aux salariés souhaitant changer de métier ou de profession de financer des formations certifiantes en lien avec leur projet. Pour bénéficier d’un projet de transition professionnelle, le salarié doit justifier d’une ancienneté d’au moins 24 mois, consécutifs ou non, dont 12 mois dans l’entreprise, quelle qu’ait été la nature des contrats de travail successifs. 

Associations Transition Pro (AT Pro) – Commissions Paritaires Interprofessionnelles Régionales (CPIR) :

Le prix de la formation (frais pédagogiques et de validation de la certification) est pris en charge par les Associations transition pro si vos droits CPF ne sont pas suffisants, et dans la limite d’un plafond.

En CDI : Votre rémunération est maintenue lorsque la formation est réalisée sur le temps de travail. Votre employeur est ensuite remboursé chaque mois par l’Association transition pro, selon le barème de prise en charge.

En CDD : Vous bénéficiez d’une rémunération calculée sur votre salaire moyen en CDD. Elle est versée par les Association Transition Pro. Pendant le projet de transition professionnelle, le salarié est considéré comme stagiaire de la formation professionnelle : il bénéficie du maintien de sa protection sociale et est couvert contre le risque d’accident du travail.